Projet-Nemesis
Salutations, bienvenue sur le Projet Nemesis !
Qu'est-ce que c'est ? Un forum dédié à partager nos talents et compétences dans tous les arts possibles et imaginables ! Quoi que vous fassiez, on sera heureux de le voir et d'y répondre, et de vous aider à vous améliorer.

Si vous voulez vous inscrire, n'hésitez-pas, un admin vous fera le topo de la marche à suivre par MP dès que vous nous aurez rejoint.

Si vous êtes déjà inscrit, alors connectez vous ! Heureux de te revoir, camarade.

Bonne visite sur le forum et pas (trop) de bêtises !

Projet-Nemesis

The Nemesis Project wants YOU !
 
AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
Nouveautés
02/10/2016 ~> Apparition de nouveaux smileys, attrapez les tous !
666/10/2016 ~> It's Halloween time !
24/01/2017 ~> La Radio-Nemesis est retapée et remise à neuf !

Partagez | 
 

 Un moment d'égarement entraîne une vie d'hérésie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aratos
Initié
avatar

Messages : 18
Réputation : 6
Date d'inscription : 20/03/2017
Age : 20

MessageSujet: Un moment d'égarement entraîne une vie d'hérésie   Lun 1 Mai - 16:01

Bonjour, voici une des fics que j'écris sur l'univers de warhammer 40k (je dis ça comme si j'écrivais énormément mais en fait, j'ai fais que 2 fics, incluant celle ci). Et le comble, c'est que je me suis présenté comme musicien, mais je présente du texte plutot que du son. x)
Etant donné que plusieurs personnes écrivent ici (et certainement bien mieux que moi), je poste pour recevoir critiques et conseils, félicitations ou insultes de ces personnes plus talentueuses.

J'ai essayé de faire en sorte que même quelqu'un qui ne connait pas l'univers puisse comprendre (et si possible apprécier...) ce texte, que ça ne rebute personne donc.
Et pour finir, j'ai corrigé, relu plusieurs fois, normalement, il n'y a plus de faute mais bon... Il y en a toujours qui trainent.
Bonne lecture.

Liste des personnages:


Night Lords, la VIIIe légion :
Konrad Kurze : primarque.
Hayasur : capitaine, chef des atramentar
Elygon "le misanthrope" : Capitaine, chef de la deuxième griffe
Vantas : Membre de la deuxième griffe, apothicaire
Takrak : Membre de la deuxième griffe, sergent, champion
Khemri : Membre de la deuxième griffe
Accipiter : Membre de la septième griffe, ancien Raven guard
Isimud :  Membre de la septième griffe
Geshtu-Er “le pragmatique“ : Dreadnought contemptor, frère de Sebitti
Sebitti “l’irascible“ : Metabrutus, frère de Geshtu-ER

The Flawless Ost :
Eleaxus “l’irréprochable“ : Chef de guerre du Flawless Ost
Mindarus : Chef de bande
Jhasius le sombre : Dreadnought
Geronoca :  Sorcier

Mortels :
Elingham : Pilote de thunderhawk
Evdomos: Serf de Vantas
Kanaya : Bibliothécaire
Haxtes : Magos, techno-prètre






CHAPITRE 1



Le casque encore fumant d'un ange fut broyé sous les pas du Night Lord. La base Tauran était tombée. Des renforts allaient très probablement arriver mais la huitième légion serait déjà partie d'ici là. Une victoire éclair sans pertes lourdes ; l’équivalent d’une griffe pour une cinquantaine de loyalistes, de l'approvisionnement et des serviteurs. Ils enchaînaient les raids contre les infrastructures impériales depuis quelques mois, la légion manquait cruellement de ressource et de soldats pour se créer un avant-poste dans cette partie du Segmentum Obscurus.

Elygon fit danser sa lame. Une longue dague, dont le manche était ornementé de trophées de guerre. Malgré la poignée usée par le temps et les combats, le crâne et les ailes de chauves-souris incrustés sur la lame demeuraient parfaitement visibles et le tranchant était toujours aiguisé.

Il contempla l'arme avec mélancolie et amertume. C'était un vestige du passé, tout comme lui. Un souvenir douloureux de Nostramo, mais également un symbole de la légion dont l'Astartes ne pouvait se détacher. Il sourit à l'idée qu'après plusieurs milliers d'années de vie, il puisse encore ressentir de la nostalgie.

"- Serais-tu en train de regretter tes actes, traître ? Souffla le Space Marine en crachant du sang, te rendrais tu enfin compte de la disgrâce de ton existence ?

Elygon ricana et se pencha sur le Tauran adossé contre le mur. Il était gravement blessé, des Bolts de fulgurants lui avait transpercé un cœur et deux poumons, son plastron couleur os était perforé de toutes parts et recouvert de globine

- J'ai construit cet Impérium, la seule honte que je porte est celle de ne pas avoir réussi à le détruire. Un sang dilué comme toi n'aurait jamais dû exister, considère comme un honneur d'avoir vécu aussi longtemps. Va donc nourrir les entités de l'Empyrean, ange du faux empereur."

La lame s'enfonça dans la jugulaire du Space Marine qui convulsa sous le choc. Les lentilles de son casque s'éteignirent et des esclaves s'étaient déjà jetés sur lui afin de récupérer son équipement.

Elygon essuya son arme avant de se relever et se tourna vers ses frères de la deuxième griffe. L'apothicaire Vantas récupérait les glandes progénoïdes des Astartes tombés au combat, Khemri cherchait des trophées à ramasser sur les cadavres mutilés entassés autours de lui et Takrak était encore en train de maudire le Space Marine qui lui avait fissuré sa visière.

Les serviteurs assuraient le transfert du matériel et des munitions vers le Dread of Mankind et les serfs acheminaient les mortels survivants pour les faire servir la légion.

Le guerrier en armure se dirigea vers Evdomos, le serf de Vantas et retira son heaume. Ses cheveux noirs étaient coupés à ras. Sa lèvre saignait suite à l'implantation récente de son anneau. Ses grandes boucles d'oreilles étaient ornementées de runes Nostramiennes, elles avaient très probablement été fabriquées dans les quartiers de l'équipage. Son manteau en cuir humain était couvert de sang et de marques à l'éloge du panthéon. Elygon le détestait, ses flatteries incessantes et son envie de se faire remarquer le répugnait.

" - Choisis des prisonniers et fait en sorte qu'ils puissent se libérer plus tard dans la cale, ordonna le guerrier, j'ai besoin d'un nouveau serviteur, je prendrais le plus débrouillard.

- Bien seigneur. Certains semblent vous intéresser plus que d'autres ? s'interrogea le mortel en baissant la tête.

L'Astartes observa le flot de captifs qui s'apprêtait à embarquer dans le croiseur de classe Vengeance et se retourna vers l'humain.

- je me fie à ton jugement. " répondit-il avant de s'éloigner.

De par son statut particulier, l'apothicaire s'était vu confier un serf attitré, il était un des derniers à maîtriser les enseignements de l'apothécarion et sa vie était précieuse. Hayasur, le capitaine de leur bande et chef des Atramentars le chérissait et lui fournissait tous les services qu'il désirait, au plus grand dépit des soldats plus méritants ou plus gradés que Vantas. Ce dernier empestait la corruption du chaos, de courts tentacules dépassaient des armatures de son armure en céramite noire.

" - Encore un serviteur ? Je pensais que tu t'étais résigné avec la mort du précédent. Commença Takrak qui l'avait rejoint, marteau à la main.

Son armure bleu-nuit parsemée d'éclair était endommagée à plusieurs endroits. Son casque clouté peint en rouge avait été fissuré sur toute la hauteur et une lentille avait été percée. L'Astartes avait ramassé le casque d'un Tauran tombé aujourd'hui pour le remplacer. Les serviteurs qui allaient réparer son armure auront autant de répit que le champion loyaliste en avait laissé à Takrak. Cependant, ce dernier avait probablement fait subir au Space Marine les pires tourments avant de l'achever pour se venger. Le genre de mesquinerie qui amusait Elygon et l'ensemble de la griffe.

- Nous devenons dépendant d'Evdomos, il est presque devenu le serf de la deuxième griffe toute entière, artificier, espion, bourreau. Nous sommes tellement peu nombreux que nous devons miser sur des mortels pour nous accompagner. Et en tant que capitaine je devrais en avoir un. Répondit-il sèchement.

Il n'aimait pas qu'on lui rappelle la mort de son précédent esclave, celui-ci l'avait servi pendant des années avant d'avoir été abattu de la main d’un de ses frères corrompus par un quelconque dieu noir. Une mort stupide d'un serviteur utile aux Night Lords qui aurait pu être évitée si la Légion n'était pas devenue aussi décadente.

- Je m'excuse mon frère, je n'aurais pas dû parler d'Eksi. - ils pénétrèrent à l'intérieur du Dread of Mankind - La septième griffe n'a plus que deux survivants, vas-tu décider d'accueillir l'un d'eux dans la nôtre ?

- Il me faudrait un ordre direct d’Hayasur pour ça ! s'exclama Elygon, j'aurais pu abattre seul la moitié de leur griffe, et les derniers rescapés sont : un psychopathe corrompu dont la puanteur endommage mes capteurs olfactifs et un traitre parmi les traîtres ! Khemri pourrait les vaincre à mains nue tous les deux.

L'Astartes s'esclaffa.

- Tu as trouvé de bons trophées, misanthrope ? Enchaina-t-il en posant son marteau tonnerre sur son épaule.

- Tu sais très bien que je ne prends que le matériel de la Légion et que je ne changerai pas d'avis. Je n'utiliserais jamais les mêmes jouets que les chiens de l'Empereur, il s'interrompit, et ne m'appelle pas comme ça."

Takrak sourit, les deux se turent. Ils continuèrent d'avancer dans les galeries sombres du vaisseau, en silence, percevant les ronronnements des machines qui se mettaient en marche, et les manœuvres de l'équipage qui courrait dans des couloirs parallèles au leur. Les deux soldats étaient entrés dans la Légion au même moment. Ils se connaissaient depuis l'enfance et avait été recrutés sous les ordres du Night Haunter après leur admission dans un gang de la sous-ruche Nostramo-Quintus. Ils étaient devenus voleur à 8 ans, meurtriers à 11 et violeur à 13, en tandem pour exécuter les basses-besognes des nobles. C'était le monstre le plus proche d'Elygon chez les Night Lords. Cependant leur vision des choses était diamétralement opposée.

Le capitaine considérait la Légion comme délabrée. Vivante dans le seul but de prouver l'échec de l'empereur. Vivante dans le seul but de prouver l'hypocrisie des Diktats de l'Imperium. Vivante dans le seul but de prouver qu'un vestige du passé subsistait pour les hanter. Mais faible car désorganisée et remplie des rebuts de l'humanité. C'était ce genre de pensées qui lui avait valu le surnom non-désiré de "misanthrope". Le Night Lord qui n'aimait même pas ses frères.

Takrak considérait, comme beaucoup d'autres dans la Légion, que leur rôle était juste de faire saigner l'Imperium jusqu'à la mort d'un des deux partis, de se venger de l’assassinat de leur primarque et de rependre la terreur dans tous les systèmes impériaux. Il s'en contentait et Elygon ne demandait que sa loyauté en retour.

"- Je vais à l'armurerie désacraliser cette pièce de maître, dit-il en désignant son nouvel instrument de mort, nous nous séparons ici frère. Repasse me voir pour me présenter le successeur d'Evdomos."

Le capitaine hocha la tête et continua d'avancer. Les couloirs du vaisseau n’étaient pas éclairés. Cela avait pour but de rappeler le monde natal de la Légion. Il était impossible pour des mortels de s'y repérer sans les avoir déjà parcourus ou s'être habitué à l'obscurité depuis plusieurs jours. Cette pénombre avait également pour but d'effrayer les esclaves ayant des tendances rebelles. De nombreux Night Lords, ou des groupes d'humain pour les plus chanceux, rodaient dans les boyaux du vaisseau, traquant une proie facile avec une soif insatiable de sang.

Elygon n'avait pas encore franchi l'embrasure de la porte qui menait aux cales qu'il pouvait entendre pleurs et cris. La pièce était surchauffée dans le but d'éliminer toute humidité et réduire à néant la volonté des prisonniers.

Lorsque l’Astartes pénétra dans la salle, un silence de mort s’instaura. Les 49 mortels enchaînés s’étaient tournés vers lui. Ils ne pouvaient pas encore le distinguer et Elygon en profita pour tracer un sillage entre les esclaves. Les pas lourds du géant résonnaient sur le sol métallique du vaisseau.

Il posait ses bottes à quelques centimètres des humains les plus proche. Jouant avec la perception qu’ils devaient se faire de lui. Un monstre de plusieurs centaines de kilos se déplaçait avec la précision d’un puma et ce, dans l’obscurité la plus totale.

Deux yeux rouges flottaient dans les ténèbres. Un carmin inquiétant, inquisiteur et perçant qui laissait une marque indélébile dans l’esprit qu’il pénétrait. Le monstre fit un geste et l’éclairage s’intensifia au point que seuls les formes soient distinguables.
Les humains autours de la créature se reculèrent aussitôt après avoir remarqué les longues ailes qui s’élevaient sur le heaume et le crane sur l’épaulière qui se reflétait sur les parois d’adamantium de la prison.

Les cicatrices sur ses joues se rouvrirent au fur et à mesure que son sourire s'élargissait.

"- Vulusha sethrishan ?" commença l'Astartes en nostramien.

- Mathrinai, répondit le serf devant les regards inquiets des mortels qui assistaient à une discussion dont ils ne comprenaient pas un traître mot.

- Kosh. Tu as fait l'inventaire des métiers ?

- Oui mon seigneur.

L'Astartes lui fit signe d'attendre dehors.

- Que ceux qui se sont libérés se lèvent immédiatement. Jeta-t-il aux détenus d'une voix grave et autoritaire, amplifiée à travers les grilles de son casque.

Il y eut quelques moments d'hésitation et le premier humain se redressa, puis un deuxième, un troisième et un quatrième. Un quatrième ? Evdomos avait dit cinq, "Mathrinai". L'Astartes lui faisait confiance pour faire correctement son travail. Il parcourut la foule des yeux pour vérifier si l'un d'eux s'était évanoui mais en vain. Intéressant pensa-t-il, était-ce un lâche ou un pragmatique ? Elygon sorti de son fourreau sa dague, dont la taille rappelait celle d'une machette ou d'une épée courte aux yeux de simples humains.

- L'un de vous sera mon serviteur personnel. Vous pouvez me combattre ou tenter votre chance sur le vaisseau en quittant cette salle. Evdomos ne vous attaquera pas. Celui qui m'inflige une blessure ou que je juge compétent aura la vie sauve, il tendit son couteau, et examina les quatre personnes.

Des regards troublés et effrayés se dessinèrent sur leur visage. Le premier à s'être mit debout sur l'ordre du Space Marine se rapprocha de ce dernier et saisi la lame. Il était grand et musclé, en tenue règlementaire de soldat et avait encore sa plaque d'identité au cou. Il semblait plein d’assurance mais Elygon avait remarqué de léger tremblements. Malgré ce qu’il voulait laisser paraître, il était terrorisé.

- Je suis dans la garde impériale, j'ai pas mal d'amis Kaskrins. Je ne sais pas qui vous êtes mais je veux partir d'ici, je tente ma chance.

L’humain se jeta sur le demi-dieu, trancha dans le vent à hauteur de son abdomen et tenta un uppercut. Elygon n'eut qu'à se déplacer d'un pas sur le côté et tendre son bras. Même sans mettre de force dans son coup, le Space Marine lui avait disloqué l'épaule. Le cran dont le mortel faisait preuve s’étiola. Le soldat se tenait à quatre pattes, soufflant bruyamment et retenant son cri. Son bras gauche ne tenait plus en place et pendait lamentablement.

L’aplomb qu’il avait dans son regard se transforma en détresse.

- Nous avions éliminés tous les gardes impériaux en poste sur la station Tauran, les crânes de tes collègues décorent nos armures. Tu avais fui ? Tu t'étais caché ? Elygon ricana, si c'était l'un de nous qui t'avait trouvé, il aurait dévoré ton cœur.
Le capitaine le mit sur dos d'un coup de pied et écrasa sa cage thoracique de sa botte. Ses organes explosèrent et une gerbe écarlate sortit de sa bouche, aspergeant les prisonniers à proximité. Certains scandèrent des jurons impériaux, d'autre à pleurer, la plupart détourna le regard. Elygon essuya son arme et la remit dans son fourreau. Personne, même désespéré ne se risquerait à le combattre après cette scène.

Une femme et un homme prirent leurs jambes à leur cou et quittèrent la pièce, l’erreur de leur camarade avait servi de leçon, cependant, leur choix était loin d’être judicieux.

- les deux personnes qui sont parties sont déjà mortes, s'exclama Elygon après une courte pause.

Ce qui n'allait certainement pas tarder, s’ils n'étaient pas encore déchirés en lambeaux de chairs, c'est qu'une atrocité les traquait et jouait avec eux. Les couloirs du Dread of Mankind regorgeait de déchus incapable de retourner à un état normal.

Il se tourna vers la dernière personne debout. Essayant de prévoir sa prochaine réaction. Il contempla la jeune femme. Elle était de petite taille pour une humaine, ses longs cheveux bruns étaient mal coiffés et sa tenue déchirée, probablement une fonctionnaire. Elle tremblait et gardait ses distances avec les autres hommes qui se tenaient autour d'elle. A en juger par son attitude et les contacts humains qu'elle avait, l’Astartes suspectait qu’elle avait été agressée pendant le raid, peut-être violée.

- Et toi humaine, que vas-tu faire maintenant ?

La jeune femme ne répondit pas, elle était paralysée. Tous les regards se posèrent sur elle.

Elle releva la tête vers le géant qui lui faisait face, en état de choc.

- Pourquoi ? Parvint-elle à bégayer, ignorant la question précédente, ou n'ayant pas réalisée qu'elle avait été posée, qui êtes-vous ?

- Je suis Elygon, VIII légion, second capitaine Night Lord de cette bande de guerre. Chef de la deuxième griffe. répondit-il froidement.

Le choc d’une telle réponse lui fit reprendre ses esprits.

- il n'y a pas de VIII légion, s'exclama-t-elle avec plus d'aisance que le Space Marine l'en aurait cru capable, je connais la mythologie, j'ai lu et n'ai vu de trace d'une telle force nulle part !

- Nous avons été bannis des livres d'histoire, nous avons été rejeté de cet imperium que nous avons aidés à bâtir, tu n'existes que parce que j'ai participé à la libération des planètes qui sont aujourd'hui peuplées de milliards de mortels et à l'élimination des races Xenos qui les contrôlaient. Ta vie nous appartient, tout comme celle de tous les faibles de cette galaxie. Ne tiens plus ce genre de propos sur ce vaisseau si tu tiens à ne pas être écorchée vive.

Il marqua une pause et observa la jeune femme, abasourdie par de tels propos. Le capitaine cessa de la tester et contempla la foule qui l'entourait.

- que la cinquième personne qui s'est libérée se lève immédiatement, déclare son identité et m'explique pourquoi elle ne m'a pas obéit avant.

Un homme se redressa immédiatement. Il était maigre, de taille moyenne, des cheveux noirs lui tombaient sur les yeux.

- Talik Monerat, artificier sur les plateformes de tir de l'avant-poste Tauran "Nitram", dit-il d'une traite, j'ai préféré attendre de voir ce que vous nous vouliez avant d'agir.

Il fixa le mur en face de lui et refusa de tourner la tête vers l'Astartes qui lui faisait face. Une tache bien placée sur son pantalon le discréditait complètement. Le Space Marine cessa son jeu mesquin et s’adressa à la foule. Il avait fait son choix.

- Vous devez tous sans exception obéir à vos nouveaux maîtres, enchaîna-t-il froidement, quand je donne un ordre, obéissez. J'attends de vous de la loyauté et de la discipline, que ce soit par conviction ou par contrainte. Toute défiance ou mouvement de rébellion sera cruellement puni, réfléchissez bien à vos actes. -il se tourna vers les deux esclaves- suivez-moi tous les deux.

L’humaine avança à tâtons dans l'obscurité et manqua de tomber plusieurs fois alors que Talik attendait que sa compère trace le chemin. Elygon les attendirent à la sortie, aux côtés d'Evdomos.

- Forme la et informe la sur le vaisseau et son équipage, elle t'assistera dans ton travail et me servira. Renvoie-la-moi dans deux jours, prête. Par ailleurs, coupe la langue et le nez de l'homme et fais-la regarder, mais pas participer, je ne veux pas qu’elle finisse aussi dépravée que toi.

Le Space Marine réfléchit un instant et se tourna vers la jeune femme qui les avait maintenant rejoints.

- Ton nouveau nom sera Chisana, oublie ta précédente identité, ton ancienne vie, celle-ci n'existe plus, tu m'appartiens, jusqu'à ta mort ou celle de la Légion.

L'artificier resta bouche bée. Ses jambes se mirent à trembler et il finit par tomber à genoux, le regard dans le vide.

- Pitié, supplia-t-il en bégayant aux côté d'Evdomos qui salivait déjà, je vous en prie, par le trône...

- Nous sommes les Night Lords, nous ne connaissons pas ce mot. Si tu veux en finir vite, ne crie pas, ton tortionnaire risque de prendre son pied. Sers bien et que ton châtiment serve de leçon, à toi comme au reste de l'équipage.

Le capitaine entama sa marche vers la passerelle sans se retourner malgré les pleurs du prisonnier et disparut dans la pénombre.

- Je vous souhaite la bienvenue sur le Dread of Mankind, Athrillay, s'exclama Evdomos en souriant, couteau à la main, nous allons maintenant nous rendre aux salles de torture pour la suite de la visite. Veuillez me suivre."

Son regard était tout sauf rassurant et Chisana aurait tout donné pour avoir un guide différent dans un lieu moins inquiétant. Elle qui avait vécu une vie de rêve auprès de représentants éminents de l’Imperium, sur un monde ruche prospère puis sur une station spatiale. Toute cette naïveté et ce bonheur avait disparu en à peine six heures. Ses yeux se perdirent dans le vide. Elle se jura de partir d’ici un jour ou l’autre.

Le groupe commença à se déplacer, Talik traîné par son bourreau et Chisana suivant le mouvement, alors que des cris retentissaient dans les couloirs sombres du vaisseau.


Edit: quelques corrections suite à la remarque de Saad


Dernière édition par Aratos le Mer 10 Mai - 21:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saad
Tyran
avatar

Messages : 576
Réputation : 22
Date d'inscription : 27/06/2016
Localisation : J'aurais bien une idée mais ça va pas te plaire.

MessageSujet: Re: Un moment d'égarement entraîne une vie d'hérésie   Lun 8 Mai - 14:13

Il y a de bonnes choses, de bonnes idées.
Mais, pour faire un parallèle avec le cinéma je dirais que c'est un peu plan-plan, "champ, contre-champ, champ, contre-champ"... J'entends par là qu'il n'y a pas franchement de mise en scène, rien qui se dénote.

Cela manque de descriptions, de lyrisme, j'attends un développement du style pour les prochaines.
N'hésite pas à user d'hyperboles, ou de circonvolutions pour accentuer l'effet de la scène.

Exemple:
"Lorsque l'Astartes pénétra dans la salle, un silence de mort s'instaura. Les 49 mortels enchaînés s'étaient tournés vers lui. Les pas lourds du géant résonnaient sur le sol métallique du vaisseau. Elygon savoura un instant la terreur des prisonniers, les lentilles rouges de son casque flottaient dans les ténèbres. Evdomos salua son maître et augmenta l'éclairage de manière à ce que juste les formes soient remarquables.
Les humains autours du Space Marine se reculèrent en distinguant les ailes sur son heaume et le crâne sur son épaulière. Les cicatrices sur ses joues se rouvrirent au fur et à mesure que son sourire s'élargissait."

Là y'a vraiment quelque chose à faire, c'est la première fois que les prisonniers vont voir leur nouveau, terrible maître, un demi-dieu surpuissant et immortel qui peut leur arracher la tête d'un revers de la main.
Je te propose un petit exercice de style, essayer d'accentuer la tension de la scène en passant par des métaphores, en jouant avec la lumière, l'obscurité qui pourrait faire deviner autre chose que ce qui est. Essaie de muer la forme du space marine en monstre indicible, avec ces ailes, ce crâne, ces yeux rouges flottant dans les ténèbres, pour que, lorsque la lumière se rallumant leur permet de distinguer les contours de l'armure, ils comprennent qu'il ne s'agit pas là d'un monstre de contes mais de bien pire: ils sont face à un space marine renégat, un traître, un tueur psychopathe et sadique.

Essaie d'alimenter le feu de la terreur, joue avec les peurs primales... Bref: développe ta scène.
Elle est très importante, elle a beaucoup de potentiel. Je te laisse faire.

_________________

- Merci à Loleyke pour cette signature qui déchire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aratos
Initié
avatar

Messages : 18
Réputation : 6
Date d'inscription : 20/03/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Un moment d'égarement entraîne une vie d'hérésie   Mer 10 Mai - 22:08

J'ai essayé d'utiliser plus de figures de style. Le plus dur à été de savoir où en mettre sans alourdir le reste... J'ai du rajouter l'équivalent d'une page, j'espère ne pas avoir loupé certains passage important... (et avoir fais correctement les rajouts aussi...)
Dans ce chapitre autre chose me chiffonne mais je vais attendre un retour avant de dire quoi, ça ne te choquera peut être pas plus que ça x)

CHAPITRE 2


Chisana avait à peine fermée l'œil de la nuit. Elle priait le trône depuis son arrivée sur le vaisseau.

Elle entendit l'ouverture automatique de la porte, espérant qu'un filet de lumière vienne envahir sa cabine et contracter ses pupilles mais en vain. Tout semblait toujours plongé dans la pénombre sur le Dread of Mankind, ça n'avait rien d’apaisant, elle devait se concentrer pour distinguer quoi que ce soit.

Evdomos surgit et lui jeta des habits propres.

" - Pour ne pas finir égorgée dans les couloirs, souffla le serf sèchement en l'observant. Change-toi et rejoins-moi dehors."

La jeune femme se redressa, surprise d’avoir eue une visite aussi brusque, et déplia la pile de tissu. Ses vêtements réglementaires impériaux ne convenaient effectivement plus, à son plus grand regret. Elle se déshabilla, son ventre était couvert de bleus. Son propre camp l’avait battue dans la panique de l’attaque. Ses camarades avaient voulu montrer leur bonne volonté à leurs agresseurs en ciblant le même ennemi qu’eux et tous avaient fini égorgés.

Elle rejeta les souvenirs douloureux de la veille et enfila sa nouvelle tenue. Un pantalon de toile gris et une chemise bleu-nuit.

Chisana se pencha sur le miroir de sa cabine. Elle était pâle et malgré l'obscurité, elle parvenait à distinguer ses cernes. Les vallées sous ses paupières se creusaient. Des traces rouges sur ses joues indiquaient le chemin parcouru par les rivières de larmes versées les heures précédentes. Elle était dévastée.

Elle ouvrit l'entrée d'eau et se débarbouilla. La jeune femme soupira et tenta de coiffer ses longs cheveux noirs ébouriffés. Un éclat sur son col retenu son attention. Une broche argentée en forme de griffe y était fixée. Elle se souvint que son guide en avait une également et supposa que c'était une marque de leur rang. Elle lui demanderait plus tard de quoi il retournait précisément.

Sa chambre était vétuste. Des sanitaires, une douche et un lit. Aucune décoration. Une lampe à la lueur très faible et un miroir reflétant le désespoir de la jeune femme.
Cependant la pièce était relativement propre. Des taches de nature inconnues subsistaient sur certaines surfaces mais des signes de frottements étaient distinguables. Un minimum d’effort avait été dépensé dans cette pièce et la jeune femme se demanda si tous les humains sur ce vaisseau avaient le même traitement.

Chisana activa la commande d'ouverture de la porte heurter Evdomos qui se tenait au seuil de l’entrée.

"- Tu as pris ton temps, servante du seigneur Elygon, soupira-t-il visiblement pressé, suis-moi, nous allons te chercher de quoi vivre sur ce vaisseau et je vais t'expliquer comment y rester en bonne santé le plus longtemps possible. Interromps-moi si tu as une question.

Chisana se mit à marcher sur les pas de son guide, gardant une distance raisonnable avec celui-ci. Il sentait la mort et l’emmenait avec lui : les visages étendus sur son long manteau appelaient à l’aide. L’usure du cuir ne faisait qu’accentuer la détresse et la souffrance lues sur les plis de l’habit.

- Tout d'abord, la broche que tu as sur le col est un moyen pour les membres de l'équipage de savoir qui tu es, commença-t-il d’une voix de ténor, en la voyant, ils savent que tu sers un membre de la Légion et que s’ils s'en prennent à toi, leur supplice sera sans fin. Garde-la toujours avec toi. Quand tu seras plus connue, tu pourras te permettre un oubli mais pour l'instant, c'est un gage de survie.

Un discours comme celui-ci ne la mettait certainement pas en confiance, bien au contraire. Néanmoins, elle ne s'attendait pas à se sentir chez elle parmi des renégats.

- Tu vas servir Elygon, le second capitaine du vaisseau et également le chef de la seconde griffe. Ne lui mens pas, ne le trahis pas. C'est un des plus vieux membres des Night Lords sur le Dread, même les plus hauts gradés que lui le tiennent en estime.

- Comment se fait-il qu'il ait besoin de moi ? Interrogea Chisana, je ne suis pas spéciale, d’autant plus qu’un membre éminent comme lui devrait déjà avoir un esclave, non ?

- Le dernier est mort récemment mais ce n'est pas à moi de te dire comment, ricana le serf en tapant des mains, de plus, tu devrais te réjouir, tu es peut-être encore vivante grâce à ça. Et ne crois pas que je n’ai pas remarqué la raillerie dans ta voix, fait attention au ton que tu emploies.

Sans comprendre comment elle avait pu être insolente, Chisana resta de marbre et continua d’avancer. Elle se demanda si mourir n'était pas préférable à un tel sort et visiblement Evdomos avait deviné son raisonnement et éclata d'un rire aigu et dérangeant. La jeune femme poussa un juron.

Il se retourna, tout sourire avait disparu de ses lèvres percées, le revers de sa main frappa le visage de la recrue.

- Plus d'incantation au faux empereur, plus de référence à ton ancienne vie. Cracha-t-il haineux. Ce sera toléré à tes débuts mais si un Space Marine t'entends tu seras sévèrement punie ; n'oublie pas de rajouter un "monseigneur" lorsque tu t'adresses à eux, rappelle-toi qu’ils sont divins par rapports à nous. Maintenant colle moi de près, nous sommes arrivés, ne laisse pas la vermine t’emporter.

Le visage rougi de Chisana lui faisait mal, elle pouvait sentir l’empreinte de la bague en massant sa joue. Elle retint une larme et suivit son collègue dont l'étiquette "lunatique" s'était rajoutée sur son front.

Un corps dépecé pendu par les pieds était suspendu à l’entrée du passage. Des mouches de la taille de son pouce volaient autours, pondant leurs œufs dans la carcasse à vif. L’odeur allait avec : un mélange de souffre, de vomi et de produits chimiques émanaient du cadavre.

Une large tache de sang avait repeint le sol et celui-ci était devenu poisseux. Les pas de la servante collaient et l’effort qu’elle faisait pour détourner le regard et se forcer à ne pas vomir était inhumain.

Evdomos remarqua son malaise et prit la parole, le plus naturellement possible :

- Il tenait des propos séditieux et commençait à gagner de l’influence, la Légion m’a autorisé à faire un exemple. Apprends à ne plus être choquée par ce genre de choses, c’est commun sur ce vaisseau… Il va causer des maladies, il faudra le bruler d’ici-peu…

La servante remarqua que d’un pont à l’autre, les conditions de vie changeaient drastiquement. Comparé au quartier de sa loge, l’état des lieux était déplorable.
Le sol était sale, couvert de taches d’huiles, de sang et d’autres substances qu’il serait souhaitable de ne pas identifier. L’odeur était nauséabonde, un mélange d’urine et de souffre, même si cela semblait changer en fonction du secteur, ça n’en restait pas moins difficilement supportable. La rambarde à l’étage était rouillée et semblait menacer de tomber à tout moment, ce qui n’empêchait pas certaines personnes de s’appuyer dessus.

Les couloirs étaient bondés, le bruit des moteurs se combinait avec le boucan de la foule. Mais il y avait de la lumière. Les cabines de l’équipage avaient été plus ou moins bien aménagées en chambres ou commerces et la plupart possédaient des lanternes. Leur lueur n’était pas assez forte pour éclairer correctement le vaisseau mais il était désormais possible pour l’esclave de savoir où elle mettait les pieds. Ce qu’elle voyait ne la satisfaisait pas pour autant. Une haine intarissable mélangée à une anxiété dévastatrice se lisait dans le regard de la plupart des gens.

Les passants à proximité du couple contemplaient avec insistance la nouvelle tête qui arpentait les boyaux du vaisseau. Chisana parvenait à reconnaître certains visages de la prise de Nitram et paraissaient terrifiés. La plupart des gens qui croisaient le regard sadique d’Evdomos baissaient les yeux ; les autres étaient probablement des vétérans et le connaissaient suffisamment bien pour ne pas se prêter à son petit jeu d’intimidation.

Le duo s’arrêta au coin d’un passage et Chisana vit son mentor s’incliner. Elle fit de même et releva la tête. Un Space Marine se tenait debout aux côté d’une dame âgée, entourée par des livres. La cabine semblait être la bibliothèque du pont inférieur.
Le géant avait ôté son casque, des tatouages noirs et blanc recouvraient son visage et son crâne pour lui conférer une apparence de squelette. Même si elle ne pouvait pas contempler l’intégralité de son anatomie, Chisana se doutait que ces motifs se poursuivaient sur son torse et le long de son dos. L’effet morbide était assuré.

Il portait son casque sous le bras, les longues ailes de chauves-souris lui arrivaient à l’épaule. Il était au moins aussi effroyable que son maître.

- Seigneur, quelle bonne surprise, que faites-vous ici ? lança Evdomos d'un ton faussement mielleux.

- Je n’ai pas besoin de me justifier auprès de toi chien, garde ton air insolent pour tes sous-fifres. Présente-moi plutôt à ta compagne, Enchaîna l’Astartes en désignant la jeune femme.

Le serf grommela et s’écarta pour que les deux protagonistes se retrouvent face à face.

- Seigneur, voici Chisana, la servante du capitaine Elygon, captive de Nitram, il se tourna vers sa partenaire, Voici le seigneur Khemri, membre de la seconde griffe et frère d’arme de ton maître.

Doutant de la façon dont elle devrait réagir, l’esclave s’inclina, hésitante, sous le regard froid du Night Lord. Même sans leurs casques, les Night Lords étaient terrifiants. Les yeux noirs de Khemri la scrutaient. Elle avait croisé ses prunelles un dixième de seconde et elle avait l’impression que son supérieur s’était inséré dans son âme.

- Sers bien ton maître, et si tu dois devenir comme ton tuteur, qu’importe la réprimande du chef de la seconde griffe, je te planterai ma hache dans le crâne -il se retourna vers la bibliothécaire- je repasserai, Kanaya.

Chisana blanchit à l’idée de subir le courroux d’un tel être. De plus, bien qu’elle ne comprenait pas vraiment comment elle pouvait partager le moindre point commun avec Evdomos, elle n’avait aucune envie de lui ressembler de quelque manière que ce soit.

Le géant remit son heaume et s’éloigna en marchant, Bolter à la main. Chisana fut surprise de voir qu’un Space Marine hérétique était proche d’une simple mortelle et qu’un sentiment amical était réciproque entre les deux.

- J’ai connu Khemri quand il était enfant, jeune fille, commença la libraire comme si elle avait lu dans les pensées de son interlocutrice, j’ai été emmenée en même temps que lui sur le vaisseau, il a été enrôlé et revient me voir de temps en temps. Il n’y a plus grand monde d’encore vivant qui le connaissait.

- Blablabla, coupa Evdomos en tendant la main, comme c’est touchant, un manuel de Nostramien, Kanaya ! Tes histoires de vieille peau n’intéressent personne.

L’ancienne se retourna sans discuter et fouilla dans une pile de livre à côté d’elle. Elle devait être habitué à de telles railleries de la part de son interlocuteur. Elle sorti un ouvrage bleu-gris assez épais et le tendit vers le donneur d’ordre.

- C’est très aimable à toi, répondit-il avec sarcasme avant de lancer le libellé vers son élève.
Chisana rattrapa l’ouvrage en vol, surprise.

- Lis le, apprends la langue, c’est celle de tes maîtres. Tous les membres d’équipages doivent parler le Nostramien. Il n’y a pas de délais imposés mais fais de ton mieux pour t’instruire. Maintenant suis moi, nous allons te chercher une arme.

La servante feuilletait déjà les écrits qu’elle avait dans les mains. Elle paniqua un moment avant de dire au revoir à Kanaya d’un signe de la main, en souriant. Cette dernière lui rendit et lui proposa de revenir quand elle le souhaitait. Ce qu'elle ferait probablement, la vielle dame usait d'un ton rassurant et son allure contrastait avec la violence omniprésente du pont.

Elle fut rassurée de voir que même parmi les renégats il restait des humains et se surpris elle-même en s’imaginant créer des liens d’affection avec des hérétiques. Des êtres qu’elle avait appris à haïr toute sa vie, dont certains membres semblaient aussi amicaux que ses concitoyens impériaux. Cette vision des choses était troublante, à tel point qu’elle en avait oublié son malaise lorsque les hommes d’équipage la collaient un peu trop en passant.

Chisana commença à feuilleter le manuel qu’on lui avait confié. Les premières pages semblaient concerner le système numérique de Nostramo. Des runes étaient dessinées à côté des chiffres latins du bas gothique. Le système semblait relativement simple. Le changement de base allait demander un certain temps d’adaptation mais rien d’insurmontable. L’alphabet en revanche, nécessitait un investissement considérable : apprendre à dessiner et différencier de tels symboles n’allait pas être aisé. Les dagues aiguisées qui représentaient les extrémités de chaque rune allaient de pair avec la tonalité tranchante de certains mots.

Elle poursuivi sa lecture rapide pour tomber sur des phrases et expressions de politesses de la vie de tous les jours. Elle tenta de reproduire une phrase en suivant le modèle phonétique indiqué. Le son qu’elle produisit était peu agréable à l’oreille. Elle l’avait probablement mal prononcé, mais le mélange de consonnes liquides et sourdes formait des mots à la fois doux et agressifs.

Elle fut tirée hors de sa lecture par un gémissement poussé à proximité.

Un individu se faisait passer à tabac dans une cabine et personne ne semblait y prêter attention, ou plutôt personne ne souhaitait intervenir. A cinq contre un, l'homme au sol n'en sortirait certainement pas sans séquelles et peut-être même pas vivant. “l’empereur protège“ pensa-t-elle.

Chisana se retourna et heurta de nouveau Evdomos. Ce dernier s'était arrêté à un stand, ce qui semblait être un petit dépôt d'arme. Un soldat avec une mitrailleuse lourde la contemplait. Il jouait de ses épaules pour se donner un air imposant.

La servante regarda autours d'elle et constata que le militaire n'était pas seul ici. Elle supposa qu'il faisait partie d'une petite milice chargée d'éviter des émeutes ou des vols d'équipement de guerre. A côté de lui se tenait un Space Marine, le géant avait l'arme baissée, patrouillant comme pour rappeler à la populace qui régnait en maître sur le bâtiment. Les mortels les plus expérimentés semblaient s’être habitué à la présence du guerrier, néanmoins, aucun ne l’approchait à moins de deux mètres. Preuve que même l’ancienneté ne suffisait pas à amoindrir la peur qu’on pouvait ressentir sur ce vaisseau.

"- Tu m'a pris pour un ravitailleur impérial ou quoi ? S'énerva le marchand, hors de question que je te file le fusil laser pour aussi peu de pièces.

- Irashia sta'hay ! Jura Evdomos, l'autogun et le pistolet et je ferme les yeux sur ton commerce de drogue s’il ne prend pas trop d'ampleur ! et le tout dans un sac.

- Kosh’eth tay, sourit le vendeur en tendant la marchandise, c'est toujours un plaisir de commercer avec toi, je t'offre l'étui !

- Pourquoi ils n'interviennent pas ? demanda la jeune femme avec hésitation.

L'homme cessa de vérifier la qualité de ses achats et scruta les alentours pour savoir de quoi il retournait. Il aperçut le réglage de compte et se retourna vers sa disciple.

- Parce que tout le monde s'en fout Chisana, ça veut dire que moi aussi. Il a probablement été trop honnête, ou pas assez... - il s'esclaffa en caquetant- peut-être est-il juste nouveau. Si ce spectacle te déplaît, tu peux décider de le stopper.

Il lui tendit le pistolet laser qu'il venait d'acquérir.

- Cet équipement est pour toi et l'insigne a ton col de donne le droit de faire justice comme tu l'entends... que vas-tu décider, Servante d'Elygon ?

Chisana n'était pas du genre téméraire, ni très courageuse. La vie de cet homme valait-elle vraiment la peine de risquer la sienne ? L'aide portée à un renégat, même en difficulté représentait-t-elle vraiment une bonne action ? Elle devait choisir entre son humanité et sa loyauté.

Son cœur lui perçait la poitrine. L’ocytocine et l’adrénaline lui brulait les artères. C’était pourtant une situation banale à laquelle elle aurait pu faire face n’importe où. La difficulté qu’elle éprouvait à prendre une telle décision la mettait mal à l’aise, n’importe où ailleurs ou avec une tout autre compagnie, elle aurait agi sans hésitation.

Un tir retentit et un rayon de lumière rouge frôla sa tête. Evdomos avait l'arme pointée sur le groupe d'agitateur.

Un impact noir s'était dessiné aux pieds d'un des perturbateurs et ces derniers interrompirent tout mouvement.

"- Foutez le camp, la prochaine c'est dans la tête, tous les membres d'équipages sont importants mais pas irremplaçables, réglez votre affaire autrement.

Evdomos n'eut pas besoin d'en dire plus, sa réputation suffisait. L'une des crapules cracha sur la victime avant de partir et tous les fauteurs de trouble se séparèrent.

- Il faudra faire un petit rappel à l'ordre dans ce quartier... marmonna-t-il. Et maintenant en ce qui te concerne, enchaîna-t-il avec un ton de réprimande, si tu veux que quelque chose soit fait, agis toi-même, il n'y aura pas de prochaine fois et tu dois apprendre à te débrouiller seule.

- Je n'ai jamais tué personne, avoua-t-elle avec fierté et dans un élan de courage, j'ai eu une formation pour manier une arme sur Nitram mais je n'ai jamais combattu, je ne suis pas une meurtrière comme toi !

Son interlocuteur la regarda avec dédain et pitié. Deux sentiments qu’elle n’aurait jamais imaginés exprimés dans un esprit aussi tordu.

- Tu le deviendras, tu apprendras, peut être avec plus de réticence que je le souhaiterais, mais certainement plus vite que tu ne le penses.

Il rangea le fusil dans la besace et tendit cette dernière à sa partenaire en même temps que le pistolet laser rangé dans son étui.

- C'est à toi, prends. Il y a deux chargeurs pour chaque arme, si tu as besoin de plus, tu devras retourner ici. Maintenant on s'en va.

La femme s'équipa de la sacoche et fixa l'étui à la taille.

- et l'homme battu ? interrogea-t-elle.

- Rien à faire, répondit Evdomos en haussant les épaules, c'est toi qui a voulu le sauver et on a un emploi du temps chargé, nous n'avons pas le temps de niaiser."

Elle lança un dernier regard vers la scène du crime et courut pour rattraper son coéquipier.

Un silence pesant s'était instauré. Evdomos semblait être la personne la plus lunatique que Chisana avait rencontrée au cours de sa vie. Tantôt dément à l'attitude malsaine, tantôt homme de main sérieux et cynique. Ces changements de personnalités troublaient la jeune femme. Et s’il devenait hors de contrôle ? Se demanda-t-elle, Qui pourrait l'arrêter ? Même avec une arme, Chisana ne s'estimait pas capable de le maîtriser et il semblait exercer un certain contrôle sur une partie des habitants de ce pont.

En voyant défiler les passants devant ses yeux, un détail qui lui avait échappé jusqu'alors retint son attention.

"- Où sont les enfants sur ce vaisseau ? questionna-t-elle, regrettant d'avoir demandé au moment où elle finît sa phrase.

- Il n'y en a pas. L'équipage est “infructueux“ à cause de la corruption du vaisseau. Les seuls qui y ont séjournés sont maintenant des néophytes dans la Légion et portent déjà leur armure.

- Ça veut dire que je vais devenir stérile ? s'inquiéta Chisana.

- Oui, dans quelques jours ou semaines probablement, continua-t-il sur un ton désinvolte, ça dépend des gens, et du nombre de sauts Warp que nous faisons...

Elle marqua une pause et reprit, interloquée.

- Mais si tout le monde est infécond, comment des enfants ont pu fouler les ponts de ce bâtiment ? Comment recrute la légion ?

- Lorsque nous faisons une escale -un sourire fétide s’étendaient déjà aux coins de ses lèvres- nous recherchons les enfants et les nourrissons, puis nous les enlevons à leur famille. S’ils résistent, nous les abattons. Si l'enfant passe les tests physiques et psychologique avec brio, et survit à la mise en place des implants Space Marine, ils deviennent des néophytes. Les autres servent comme toi et moi ou bien meurent s’ils sont trop faibles."

Il avait dit ça comme si c'était une évidence, comme si arracher des enfants à leur famille et les condamner à une vie d'hérésie était une chose bénigne. La jeune femme avait beau se répéter des dogmes impériaux mais malgré ce qu’elle voulait croire, l’empereur ne surveillait pas toute la galaxie. Autrement, de telles atrocités n’existeraient pas, elle le savait et sa foi commençait à s’étioler.

Evdomos frappa l'épaule d'un homme assis à ce qui paraissait être une taverne.

"- Corshia Sey, Lerri ! rugit l'individu en se levant, poings serrés.

Ce dernier soupira en découvrant l'identité de son opposant et se rassit dépité.

- Pas d'alcool, cracha Evdomos les dents serrés en faisant signe à son élève de prendre place à la table, ça serait dommage de ne plus pouvoir piloter et perdre la confiance de nos maîtres en cas d'attaque n'est-ce pas ?

L'équipage autours d'eux ne sembla même pas se préoccuper du petit groupe, comme si cette situation était habituelle. L'homme était de taille moyenne, vêtu d'une veste en toile noire ornementée d'un badge différent de celui de Chisana, sans qu'elle parvienne à distinguer sa forme exacte. A première vue, l'esclave lui donnait le même âge qu'elle. Des mèches noires s'arrêtaient au-dessus de ses yeux. L'un d'eux était recouvert d'un bandeau, une blessure de guerre supposa la servante. Une cicatrice contrastait avec le blanc de sa peau au niveau du cou. Cette dernière semblait se prolonger sur le torse du jeune homme. Malgré les preuves de son expérience en combat, il restait plutôt bel homme. Il était impressionnant, mais ne dégageait pas la même aura malsaine que son guide.

- Chisana, voici Elingham, commença le servant de Vantas en grimaçant, le meilleur pilote de Thunderhawk du Dread of Mankind, selon ton maître. Ce dernier a insisté pour que ce soit auprès de lui que tu fasses ta formation. Le reste des choses que j'ai à t'apprendre viendra avec l'expérience.

Un long blanc plana au-dessus de leur table jusqu'à ce qu'un serveur arrive pour prendre leur commande. Il était gros, son tablier était taché de tellement de substance qu'il était impossible de deviner sa couleur originelle.

- La prochaine fois que tu sers de l'alcool à une personne possédant ce badge, commença Evdomos en désignant la veste du pilote, je te coupe les mains. -il se leva- Maintenant, je vais régler quelques affaires de mon maître, fait visiter à notre nouvelle arrivante endroits à connaître et le hangar puis raccompagne là à sa cabine. Elle est à côté de la mienne. Morovai saro ne'Thra Voroshia.

Il disparut dans la foule en rigolant. Ses caquètements se firent entendre plusieurs secondes après son départ, même mélangé au brouhaha de la marée de serf et de soldat qui déferlait dans les allées.

- Amène moi un recaf et un jus de Ploin, ordonna Elingham en tendant quelques pièces au serveur.

- Un jour il finira par vous tuer, sourit ce dernier sans vraiment exprimer de joie, une goute ruisselant sur sa tempe.

- Inquiètes toi d'abord pour ta peau, elle risque de finir en chaussure pour ce taré.

Le tavernier s'éloigna, sans un mot, encore plus angoissé qu’a l’origine. Le pilote observa minutieusement Chisana pendant plusieurs secondes. Gênée par un calme pénible, elle prit la parole.

- Excusez-moi, mais qu'a-t-il dit en partant ?

- C'est une expression pour dire au revoir. Répondit-il sans sourire, tu pourrais la traduire par "ne meurt pas en premier". Tu finiras par comprendre toute seule les subtilités et la poésie de cette langue ; et laisse tomber la politesse, tutoie-moi.

Un jus de fruit fut déposé devant la servante. Elle en bu une gorgée et fut agréablement surprise. C'était le même qu’elle avait l’habitude de prendre à Nitram. Ce repère qu’elle venait de retrouver la remplie de joie et elle enchaîna les gorgés, savourant un goût fruité qui hydratait le fond de sa gorge.

- Profites en, s'exclama-t-il après avoir vidé d'une traite sa tasse, c'est une des rares choses que nous avons en commun avec l'imperium. Nous partirons une fois que tu auras fini ton verre. -il marqua un arrêt- Qui auras-tu l'honneur de servir jeune fille ?

- Le seigneur Elygon, répondit-elle en insistant sur le titre.
Il leva un sourcil, imité par les locaux des tables proches qui écoutaient la conversation.

- Tu es plutôt chanceuse, faire quoi que ce soit aux biens du capitaine vaudra à n'importe qui la mort, même ce psychopathe d'Evdomos.

- je ne suis pas un objet ! protesta Chisana à haute voix. Elle remarqua des sourires se dessiner sur les visages de ses voisins.

- Bien sûr que si, comme nous tous, à ceci près que tu as plus de valeur que moi. répliqua-t-il en soupirant, feignant la tristesse.

Chisana baissa les yeux et sirota son verre. Il était cynique, quelque peu impertinent et son jeu d’acteur était très mauvais, mais elle parvenait à remarquer ses tentatives pour la mettre plus à l’aise.

- Tu te rendra compte que cet endroit n'est pas si différent que ta station spatiale, reprit le pilote d'une voix compatissante, on est juste plus à cheval sur la discipline.

Un silence pesant s'instaura. N'en déplaise à Chisana qui, cette fois, aurait tout fait pour le faire durer. Elle continua de boire en ignorant les regards pénétrants de son partenaire. Il avait probablement remarqué les marques de larmes et la trace de gifle sur ses joues. Gênée par une telle insistance, elle finit son breuvage plus rapidement que prévu.

Elingham se leva et posa une main sur l'épaule de la jeune femme. Cette dernière se dégagea violemment, comme par réflexe, apeurée. Tous deux s'excusèrent simultanément, l'un par politesse, l'autre pour son reflexe déplacé.

- Tu sais, avant, commença le pilote en s'esclaffant, Evdomos s'occupait de la formation des recrues dans son ensemble, certains sont devenus fous et depuis la plupart de nos maîtres nous ordonnent de nous diviser les tâches.

La servante se demanda où il voulait en venir, et l'observa, c'était la première fois qu'il souriait depuis leur rencontre.

- Tout ça pour dire que si tu veux trouver quelqu'un à qui parler, tu peux venir me voir, je pense tout de même être plus abordable que notre “ami“ commun.

Chisana hocha la tête, sans grande conviction et sans vérifier qu'Elingham l'avait remarqué. L'homme semblait avoir un bon fond, malgré son hérésie. Il s'était excusé alors que son geste était tout ce qu'il y a de plus banal et avait été compatissant. Peut-être qu'entendre son histoire serait intéressant se dit-elle, peut être que tous les traîtres n'étaient pas mauvais...

- Dis, commença-t-elle à mi-voix, tu me donne l’impression d'être un homme bon, pourquoi restes-tu ici ? il n’y a pas un moyen de s’échapper ?

Elingham explosa d’un rire jaune.

- Seuls ceux qui servent l'empereur sont bons ? Et Si je pouvais partir, ça serait pour aller où ? Dans tous les cas, je n’ai aucune envie de retourner dans les rangs des chiens de l’Imperium. Si tu es une fille intelligente ne dis plus de choses comme ça.

Il cracha sur le sol et se renfrogna.

L’esclave sentait que ce n’était pas le bon moment pour lui demander de conter son histoire et baissa la tête, déçue de la réaction de son partenaire.

- Va lire un peu d’histoire auprès de Kanaya, et tu changeras peut-être d’avis. Après avoir passé du temps sur ce vaisseau et après le premier assaut, j’ai arrêté de regretter l’imperium. –il marqua une pause- je t'emmène aux hangars, tu ne vas pas apprendre à piloter en un jour bien sûr, et tu devras m'accompagner en combat pour acquérir de l'expérience. Cependant, je veux que tu connaisses un minimum l'appareil que tu manieras, tu passeras du temps dans le simulateur.

La jeune femme suivit de près sa nouvelle connaissance et engagea sans hâte sa visite approfondie du Dread of Mankind. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un moment d'égarement entraîne une vie d'hérésie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un moment d'égarement entraîne une vie d'hérésie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» un moment d'égarement
» La vie est une tartine
» Moment d'Egarement ^
» moment éphémère
» le meilleur réalisateur en ce moment pour vous?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet-Nemesis :: Le coin des artistes :: Arts littéraires :: Poèmes, textes et nouvelles.-
Sauter vers: