Projet-Nemesis
Salutations, bienvenue sur le Projet Nemesis !
Qu'est-ce que c'est ? Un forum dédié à partager nos talents et compétences dans tous les arts possibles et imaginables ! Quoi que vous fassiez, on sera heureux de le voir et d'y répondre, et de vous aider à vous améliorer.

Si vous voulez vous inscrire, n'hésitez-pas, un admin vous fera le topo de la marche à suivre par MP dès que vous nous aurez rejoint.

Si vous êtes déjà inscrit, alors connectez vous ! Heureux de te revoir, camarade.

Bonne visite sur le forum et pas (trop) de bêtises !

Projet-Nemesis

The Nemesis Project wants YOU !
 
AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
Nouveautés
02/10/2016 ~> Apparition de nouveaux smileys, attrapez les tous !
666/10/2016 ~> It's Halloween time !
24/01/2017 ~> La Radio-Nemesis est retapée et remise à neuf !

Partagez | 
 

 [Aventure suivie] Starbound - Episode 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tech-chirac
4Chan's Lone Digger
4Chan's Lone Digger
avatar

Messages : 256
Réputation : 5
Date d'inscription : 30/06/2016
Age : 20
Localisation : Lorraine, après ça dépend.

MessageSujet: [Aventure suivie] Starbound - Episode 2   Mer 21 Déc - 23:27

La suite de votre feuilleton arrive! Gros changement dans la façon d'écrire, car dans le jeu, on sort d'un tutoriel scénarisé et très directif et on est enfin libre! Le premier épisode représentait moins de 10 minutes de jeu, là je vous en présente une trentaine:



    Passaro reprenait peu à peu ses esprits. Ouvrir les yeux lui paraissait encore comme un effort trop important, et il préféra ses autres sens pour analyser la situation. Il sentait une légère odeur de brûlé... Pas aussi inquiétante qu'un incendie, mais à en juger par le bruit des étincelles qui crépitaient, une machine était dans un état plus que déplorable. Son oreille interne lui indiqua qu'il était couché, ou plutôt vautré, et des courbatures l’informèrent qu'en plus d'avoir passé un moment dans cette position, ça n'était pas sur un lit douillet mais plus à même le sol. Une douleur au crane s'ajouta à la liste des indices, qui convergeaient vers la même conclusion: il avait perdu connaissance, probablement après un coup. Il fit travailler sa mémoire, et rembobina le film dans sa tête:
Il examinait le vaisseau... Le vaisseau dans lequel il était seul, à destination... à destination de...
...Tant pis pour la destination. Alors en provenance de...
...La Terre.

    Il se souvenait à présent: Le protectorat, la cérémonie, l'attaque des tentacules, la fuite... Passaro ouvrit les yeux, se leva d'un coup, et failli percuter une trappe qui pendait du plafond. L'homme-oiseau comprit que c'était elle qui l'avait mis KO, lorsqu'elle s'était décrochée. Sa pensée fut interrompu par une voix synthétique familière, bien qu'encore plus désaccordée qu'à son habitude:
"REBOOT REQUIS. REBOOT REBOOT REBOOT..."

   Alors qu'il s'approchait de l'origine de la requète, plissant les yeux pour percevoir l'ordinateur malgrée l'oscillation clignotante de la lumière, l'Avian s'enfonça dans une masse de fourrure avant de trébucher, provoquant un "Pfflllbrbbr" de la part de la boule de poils. L'homme-oiseau se releva, constata que la créature semblait pacifique, pour ainsi dire passive, et décida qu'il l'examinerait lorsque la lumière serait revenue. Surtout en raison de l'ordinateur qui continuait de brailler sa requète à un volume forçant l'obéissance.

    Passaro obtempéra avant que son ouïe n'atteigne le point de non-retour, rentrant des lignes de codes avec le calme d'un homme-oiseau qui se réveille seul dans un vaisseau inconnu, sans maison et avec une intelligence artificielle lui hurlant continuellement dessus. Et avec une bestiole non identifiée mais probablement débile. Il frappa la touche Entrée de toute sa rage, mais le clavier résista et une barre de chargement apparu. Passaro en profita pour retourner voir le cale-porte velu:

  Velu était le mot. La créature était caché sous un tas de fourrure rose d'une soixantaine de centimètres de haut, si épais qu'on ne pouvait même pas distinguer sa forme: seul son visage dépassait, arborant un léger strabisme et un museau d'où pendait une petite langue. Se sentant observée, elle sautilla, avant de pousser un nouveau "Pflfrblblbl" plein d'amour et de postillons. C'était clairement l'animal de compagnie de l'ancien propriétaire du vaisseau, et pas un squatteur de  l'espace anthropophage. Passaro tapota la tête de l'animal, qui s'extasia, des étoiles dans les yeux. Il abandonna l'animal le temps de consulter l'ordinateur de bord.

    "Je suis S.A.I.L, c'est moi qui m'occupe de la maintenance de ce vaisseau. Je suis également programmé pour vous donner conseils et informations. En voici une: les systèmes de navigation sont HS." annonça l'ordinateur de bord en affichant une vue externe du vaisseau.

    De l'intérieur, mise à part l'électronique hasardeuse et la trappe agressive, le vaisseau n'avait pas l'air endommagé. Mais de l'extérieur... Il ne restait qu'une ruine de ce qui devait être un magnifique vaisseau Avian: On reconnaissait l'esthétique de l'espèce dans la forme du véhicule, composé de deux pyramides incrustées l'une dans l'autre, la plus petite disposant d'une large baie vitrée pour le poste de commandes, mais la coque était perforée de toutes parts, et les gigantesques cristaux rouge vif qui la sertissaient étaient à présent tous fendus ou rayés. Ça n'était donc pas des cristaux d'avolite, contrairement à ce que pensait l'Avian. L'avolite était un cristal qu'on ne trouvait que sur Avos, la planète d'origine des Avians: Il était réputé incassable mais naissait formé comme un diamant taillé. C'était également une puissante source d'énergie, mais seul les haut-prètres avaient accès aux galeries où étaient formés ces cristaux, laissant peu d'information à la science à leur sujet. Passaro pria pour que S.A.I.L. sache redonner au vaisseau sa gloire d'antan. Il comprit que s'il voulait continuer son odyssée, il devrait descendre sur cette planète. Le seul conseil du guide rédigé en majuscules occupa sa mémoire un moment:
"NE JAMAIS DESCENDRE SUR UNE PLANETE QUE VOUS NE RECONNAISSEZ PAS.
-Bah, les autres conseils sont tous aussi obsolètes..." pensa l'Avian à voix haute avant de se diriger vers le téléporteur.
"Pfflllbrbb!" fit la boule de poil en le voyant prêt à quitter le navire.

    Passaro douta des capacités de survie de l'animal et préféra partir seul. Il lui donna une caresse sur la tête, et se rendit compte qu'il allait falloir lui trouver un nom. Il gratta la fourrure rose pâle, déclenchant un "Flufflblblbl", et opta pour "Fluffy" bien qu'incertain du genre de l'animal. Cela étant fait, il pouvait désormais partir explorer la planète. Il enclencha le téléporteur.

Musique:
 

    A la surface de la planète, une lumière vive, dans laquelle on distinguait une silhouette, frappa le sol. "Premier compte rendu de téléportation: on perd facilement l'équilibre." grommela Passaro avant de se relever. Tenant fermement son épée à deux mains, il tourna sur lui-même en analysant les lieux.

    Il avait "atterri" dans une plaine, à l'entrée d'une grotte et non loin d'un bosquet. L'endroit semblait regorger de vie, et l'herbe des champs se pliait lentement sous la douce brise qui la caressait. Levant les yeux, il aperçut un soleil plus gros ou plus proche que celui sur Terre, expliquant l'agréable chaleur qui régnait ici, et une falaise qui prolongeait la grotte découverte précédemment. Toute la région était baignée de lumière et de couleurs chatoyantes, les champs étant couverts de fleurs aux larges pétales bleus, rouges ou jaunes. L'avian décida qu'il était temps d'essayer son manipulateur de matière et se dirigea vers le bosquet.

    L'outil ressemblait à un large demi-anneau doré ou cuivré, prolongé par une garde allant jusqu'au poignet, et à l'avant se trouvait comme une ampoule aplatie. Avant de s'attaquer aux arbres, Passaro testa son jouet sur une motte de terre, qui sembla se fissurer avant d’être aspirée dans l'appareil. Il plaça ensuite la terre en blocs parfaitement carré, d'une quarantaine de centimètre de haut. Il était temps de passer aux choses sérieuses. Il pointa le manipulateur vers la base d'un arbre, qui ressemblait à un sapin, en plus fin et au feuillage légèrement bleuté, et le mit en marche. L'arbre ne sembla pas céder immédiatement, mais finit par s'écrouler, puis se brisa en bûches soigneusement découpées. Le vacarme fit fuir la faune, à l'exception d'une créature qui s'approcha de la source du bruit. Passaro reprit son épée en examinant son visiteur:

    Un visage inexpressif, auquel étaient accrochées deux énormes couettes qui trainaient par terre, arrivait à la hauteur des cotes de l'Avian, et représentait la moitié de la taille de l'animal. La deuxième partie étant un corps clair et fin doté de quatre minuscules pattes. La créature avançait en sifflant un air guilleret, mais le piège devenait apparent: les yeux jugées inexpressifs n'étaient en réalité que deux taches ocre, et les couettes se terminaient par de petites griffes mais apparemment très acérées. De plus, sa crinière... bavait. Passaro plongea sur le coté alors que la créature chargea gueule ouverte. Elle manqua de croquer l'oiseau, qui lui asséna un swing digne des meilleurs golfeurs, l'envoyant percuter un arbre. Alors qu'il allait achever le monstre, celui-ci pu asséner un coup de griffes vengeur, déchirant l'uniforme du protectorat et teintant le ventre blanc de l'oiseau d'un rouge vif. En réponse, Passaro planta son épée dans le tronc de l'arbre, la créature se tenant entre les deux. L'urgence était à présent la large fente dans son plumage. Il aperçut des lianes, et S.A.I.L. lui transmit les instructions pour se concocter un bandage rudimentaire.

   Un moment passa, permettant à Passaro de récupérer de sa blessure. Il se leva et reprit la collecte de bois avant que la nuit ne tombe. Il pouvait toujours passer la nuit dans son vaisseau, mais il gardait un mauvais souvenir de sa dernière sieste à bord. De plus, monter un camp sur cette planète lui permettait d'avoir un nouveau chez-lui, bien qu'improvisé et légèrement primitif. Il décida de s'installer dans la grotte à proximité du site d’atterrissage, la falaise étant un excellent point de repère, et lui assurant une vue de qualité sur l'ensemble de la région. Avant de rentrer, il remarqua dans le bosquet un sac de couchage. Des traces de sang séché lui indiquèrent le sort de son propriétaire, qui ne devait pas avoir eu la perspicacité de l'Avian. Il le récupéra et reprit son chemin.

    Il passa le reste de la journée à sculpter un réseau de couloirs et de galeries dans la roche, renforçant certaines parties de la grotte avec des plateformes, creusa des fenêtres, aménageant finalement l'intégralité de la falaise. On avait vu plus simple, mais Passaro était fier de son nouveau chez lui, la paroi luisant dans la nuit tombante à la douce chaleur des torches. La touche finale fut la lourde porte en bois qu'il posa au pied de la falaise et la trappe en son sommet, lui assurant qu'il n'aurait aucun visiteur nocturne. Cependant, le sommeil fut oublié pour laisser place à une démangeaison bien plus importante qui était la faim. Il remit le baptême de sa maison à plus tard et vérifia ses stocks: 4 conserves, difficile de tenir plusieurs jours avec ça...  Il se mit à tailler des lances de pierre, lui permettant de conserver ses futures victimes dans un état consommable, et entama le safari nocturne.

Musique:
 

    Les Avians étaient naturellement une race de chasseurs-cueilleurs, mais Passaro était trop jeune lorsqu'il avait quitté les siens, et n'avait que vu ses frères en action. Il décida de partir explorer le plateau au dessus de son abri, et sorti par la trappe avant de réaliser à quel point l'atmosphère était différente. Au lieu des couleurs chatoyantes, on ne percevait plus que des silhouettes imprécises, dansant sous la géante gazeuse qui occupait une large partie de l'horizon étoilé. Les bruits innocents de la faune diurne s'étaient tues, laissant place aux grognements, aux hululements, aux hurlements... et soudain, au silence. Passaro s'arma alors que des nuages sombres s'accumulait dans le ciel. La luminosité continuait de baisser, mais ses yeux de rapaces parvinrent à capter un mouvement dans un arbre non loin. Il y jeta une des lances de toutes ses forces, provocant la chute d'un corps, et l'envol de trois autres dans un piaillement, provoquant un nouvel envol massif. Sortit alors des buissons une masse noire qui fonça sur lui. Il prépara une nouvelle lance et toucha la créature, mais celle ci ne freina pas sa course lorsque l'arme rebondit sur elle. Une carapace... Passaro ne pouvait combattre une telle créature sans voir son point faible. D'un bond, il esquiva l'animal, qui continua sa course sur plusieurs mètres avant de parvenir à s’arrêter. Le monstre se retourna, désormais dans le cône de lumière émis par le manipulateur. Si de jour, les créatures misaient sur leur apparences pour tromper l'ennemi, celle-ci était au contraire d'une laideur effrayante: Elle avait la carrure d'un gorille et une tête de phacochère, avec de larges défenses et une carapace sertie de pics sur le haut du crane. Aveuglée mais toujours enragée, elle chargea à nouveau. Passaro prit un risque et plongea sur la créature, s'accrochant sur son dos alors qu'elle se débattait. Il saisit une nouvelle lance et l'enfonça à travers la gorge de l'animal, qui voulu hurler de douleur, mais seule une gerbe de sang sorti de sa gueule. Il continua sa course en titubant sur quelques mètres avant de s'effondrer dans une mare sombre de boudin en devenir.

    Passaro traina les deux cadavres à l'intérieur de l'abri, avant de s'y glisser lui-même lorsqu'il aperçut les congénères de sa victime se ruer vers lui. Il referma la trappe, et remarqua l'un d'entre eux passer devant sa fenetre en hurlant. Ils avaient vraiment du mal à s’arrêter...

    Il était à présent en sécurité et avec assez de viande pour nourir une famille pendant plusieurs jour. Seulement, la manger crue n'était une idée qui ne viendrait qu'aux Florans. Il s'installa près d'une fenêtre et prépara un feu de camp. Il faudrait qu'il fasse le prochain à l'extérieur s'il ne voulait pas mourir étouffé, mais son estomac fut considéré avant ses poumons. Il commença par dépecer le phacorille (c’était la seule façon qu'il avait trouvé de qualifier l'animal chargeur), le mit à cuire, et suspendit la volaille au plafond afin de la conserver plus longtemps. Après le repas, il utilisa le cuir de l'animal pour se faire un lit, dans lequel il installa le sac de couchage trouvé plus tôt. Son nid étant fait, Passaro l'inaugura aussitôt et s'écroula de sommeil...

_________________
Tech-Chirac, chercheur d'or sur Internet, modérateur bisounours, taré en puissance et amateur de licornes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tech-chirac.deviantart.com/
Wambaleska
Investi
avatar

Messages : 57
Réputation : 1
Date d'inscription : 29/09/2016
Age : 18
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: [Aventure suivie] Starbound - Episode 2   Jeu 22 Déc - 10:01

Oua c'est super sympas , mais juste .. "REEBOT REQUIS" ? Seriousseli?

_________________


Merci a mon potow Loleyke ;+)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.irif.fr/~habib//
tech-chirac
4Chan's Lone Digger
4Chan's Lone Digger
avatar

Messages : 256
Réputation : 5
Date d'inscription : 30/06/2016
Age : 20
Localisation : Lorraine, après ça dépend.

MessageSujet: Re: [Aventure suivie] Starbound - Episode 2   Jeu 22 Déc - 10:28

Pour ma défense, S.A.I.L disait vraiment ça dans les versions précédentes du jeu (à l'époque il faisait une tête rigolote et toute glitchée en même temps). Maintenant il dit:

_________________
Tech-Chirac, chercheur d'or sur Internet, modérateur bisounours, taré en puissance et amateur de licornes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tech-chirac.deviantart.com/
Saad
Tyran
avatar

Messages : 575
Réputation : 22
Date d'inscription : 27/06/2016
Localisation : J'aurais bien une idée mais ça va pas te plaire.

MessageSujet: Re: [Aventure suivie] Starbound - Episode 2   Sam 24 Déc - 16:47

Gros problème:
Chirac, tu fais une série de nouvelles sur un jeu vidéo, ce n'est pas un compte-rendu de parties.
Si tu veux mon avis, il faut laisser tomber quelques points du gameplay.
Notamment des choses qui nuisent à la logique de l'histoire: le fait de devoir créer une lance en pierre pour chasser. C'est stupide ! A moins que tu n'aies une arme empoisonnée, ce qui toxifierait les chairs de l'animal, ou un lance-flamme, ou une arme qui les fasse exploser, c'est stupide.

Tu as une épée à deux mains, alors que tu me dises qu'il te faut un couteau pour dépecer, je comprends, mais vas pas me faire croire que les chairs de l'animal ne sont plus consommables parce que tu l'as buté à l'épée.



Sinon c'est absolument tout ce que j'ai à dire, le reste est super sympa et très agréable à lire.
Continue, je suis content du boulot que tu prodigues. C'est excellent.

_________________

- Merci à Loleyke pour cette signature qui déchire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tech-chirac
4Chan's Lone Digger
4Chan's Lone Digger
avatar

Messages : 256
Réputation : 5
Date d'inscription : 30/06/2016
Age : 20
Localisation : Lorraine, après ça dépend.

MessageSujet: Re: [Aventure suivie] Starbound - Episode 2   Sam 24 Déc - 16:48

haaaa d'accord, merci du conseil!
J'arrivais pas à mettre le doigt sur ce qui freinait le rythme de l'histoire et je pense que c'est ça. Merci beaucoup!

_________________
Tech-Chirac, chercheur d'or sur Internet, modérateur bisounours, taré en puissance et amateur de licornes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tech-chirac.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Aventure suivie] Starbound - Episode 2   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Aventure suivie] Starbound - Episode 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet-Nemesis :: Le coin des artistes :: Arts littéraires :: Poèmes, textes et nouvelles.-
Sauter vers: